emi-sphere.blog4ever.com

Emi-sphere

Poèmes


Corona 2

Le lent mouvement de la foule qui fuit

La houle bariolée où les corps se ressemblent

Cette marée humaine aux regards désunis

Dans les rues désertées cet arc en ciel qui tremble

 

 

 

Et puis le silence qui perle tout à coup

les trottoirs déserts qui résonnent encore

De tous les pas pressés sur les pavés sonores

Et les arbres confus hirsutes et comme fous

 

 

 

Même les oiseaux désertent les jardins

Et s'envolent perdus au bord du ciel chagrin

Le temps se fige et brise la lumière

Qui s'amenuise alors et retombe eb poussière

 

 

 

Parce qu'un virus cruel envahit les poumons

Pèse sur les destins de tout son poids de pierre

Insinue dans l'air son immonde poison

Et réduit à néant le luxe et la misère

 

 

 

 

 

 

CORONA 2

 


04/04/2020
0 Poster un commentaire

Corona

Rangez votre magot

Protégez vos lingots

Le virus passe frontières

Vous fera mordre la poussière

 

 

 

Remplissez le frigo

La cave et le garage

Nourriture à gogo

Tant pis si l'autre fait naufrage

 

 

 

Le corona sème la mort

Chez les petits et chez les grands

Les vieux les jeunes les bien portants

Ne mettez plus le nez dehors

 

 

 

Mais calfeutrés dans la maison

Pensez à la cause commune

Le corona tue sans raison

Les miséreux et la fortune

 

 

 

Les incroyants sont à genoux

Les religieux sont sans prières

Médecins soignants et infirmières

Mènent combat rien que pour vous

 

 

 

N'écoutez pas les surenchères

Qui courent sur tousles réseaux

Et méfiez vous des ces infos

Qui prétendent guérir vos maux

 

 

 

 

 

 

CORONA

 

 

 

 

 

 

 


04/04/2020
0 Poster un commentaire

Bonne année à tous

.

 


20/01/2020
0 Poster un commentaire

SDF

.

Au début il ne put supporter l'attente

IL ne comprenait pas les nuages brisés

L'écho de la mer s'était rapproché

Il rêvait d'une aube éblouissante

Au début il ne put supporter l'attente

 

Au début il marchait sur les boulevards

Il voyait de l'encre teinter les trottoirs

ET le rêve couler sa vaine transparence

Autour des passants abrutis de silence

Au début il marchait sur les boulevards

 

Il avait faim il grelottait peut-être

Il voyait le matin paresser aux fenêtres

Emmitouflé de lune et couleur de chagrin

Il écoutait le vent gémir dans les jardins

Il avait faim il grelottait peut-être

 

Il a fermé les yeux au lever du soleil

Quand la rue se défait des brumes du sommeil

Il n'entendait plus rien des bruits de la cité

Son sang avait rougi la crasse des pavés

Il a fermé les yeux au lever du soleil

 

SDF

 


01/05/2019
0 Poster un commentaire

Climatique

Il a neigé sur les glycines

L'hiver efface le printemps

Le pré se ride sous le vent

Le gel blanchit les aubépines

 

Les hirondelles crient famine

Posées à peine sur leur fil

Et les feuillages dodelinent

Sous la perverse pluie d'avril

 

Le mois de mai emmitouflé

Ne laisse aux nid qu'un peu de givre

Brise les cœurs à peine nés

De la rose en mal de vivre

 

Sur les semailles avortées

Juin a versé un feu violent

Et la nature dévastée

Dans les matins incandescents

Rendra son âme au ciel brûlant

 

Il neige sur les hirondelles

Le givre brûle les rosiers

L'arbre se pare d'étincelles

Et tout juillet est un brasier

 

Août promène au fil des jours

D'improbables saisons

On ne sait plus si c'est l'été

Ou février sur le retour

 

Novembre même se confond

A la venue de nos printemps

Décembre se morfond

En attendant des matins blancs.

 

Il a neigé sur les glycines...

 


01/05/2019
0 Poster un commentaire


Ces blogs de Journal Intime pourraient vous intéresser